Grande barrière de corail – 8ème merveille du monde

Le premier défi, lorsque l’on veut se rendre sur la grande barrière, c’est de choisir son prestataire. Depuis Cairns, des centaines de tours en bateaux proposent autant de formules différentes pour visiter le paradis sous-marin.
Après un choix compliqué digne d’une équation à 23 inconnus (ah lui il part plus loin, lui on est moins nombreux, lui il a des voiles, oui mais lui il part plus longtemps) on a enfin choisi notre prestataire, qui proposait une  plongée en bouteille gratuite.

Départ à 8h sur une navette en direction du récif de Saxon. La vitesse et les vagues remuent le bateau, on arrive juste à temps avant de se sentir trop mal.
Une heure plus tard, ce premier récif nous offre une vision extraordinaire de fonds de coraux. Les poissons par dizaines nous accueillent à l’arrière du bateau. Nous nous familiarisons avec les fonds marins lors de cette première sortie au tuba.
Retour sur le bateau, nous nous équipons de bouteilles et repartons pour notre sortie plus profonde. Nous ne sommes que tous les deux accompagnés par le moniteur qui nous laisse le champ libre pour découvrir les récifs, les poissons et toutes ces merveilles. Un petit requin de récif passe à côté de nous (1m50), furtif et effrayé par le monde.
Nous descendons une douzaine de mètre dans ces jardins sous-marins et déjà il est temps de remonter.
Le repas servi sur le bateau nous sustente, la plongée nous a ouvert un appétit d’ogres.
Le bateau part vers le récif de Hastings, et aussitôt arrivés nous repartons à la découverte des récifs.
Un mérou d’1m50 bleu rayé de vert magnifique est posté sous le bateau et accueille les plongeurs.
Pendant 4 heures de plongée au tuba, nous parcourons des coraux multicolores, survolons des poissons peu timides, le récif étant à peine à 1 m de profondeur. Il est presque difficile de ne pas le toucher. L’eau chaude nous permet de ne pas trop nous fatiguer, nous nous laissons dériver, et palmons vers le bateau lorsque les moniteurs nous voient trop nous éloigner. Les fonds sont imaginables de diversité. Les coraux ressemblent à des choux, des champignons, des roses, des bois de cerfs, des sapins, des éponges roses, vertes, bleus électrique, jaunes, violet, orange…
Certains coraux vivants ont des ‘poils’ qui bougent au flux des courants, des bicoques géants (1m50) semblent prêts à se refermer telles des plantes carnivores au moindre contact.
Notre seul regret fut de voir la barrière abîmée. Même en étant très attentifs, on n’a pu éviter de toucher des coraux.
On estime plus de 1000 personnes y plongeant chaque jour, rendant l’endommagement progressif inévitable.
On a eu l’impression de voir quelque chose qui aura peut-être disparu dans quelques années…

Comme on ne pouvait vous en parler sans vous montrer ces fonds incroyables, on a loué un appareil étanche pour la journée.
On en a tellement pris qu’elles ne peuvent toutes figurer sur le blog, alors en voici un condensé en photo et vidéo. Vous sentirez même la houle comme si vous y étiez !


4 commentaires pour “Grande barrière de corail – 8ème merveille du monde”

  1. Ouuuaaaah!!!!!!
    Super, et le morceau musical il est de qui!

  2. … Tu veux assassiner ton beau frere mel? Une video sous marine avec du didj,Assassine! Très belle Photo. Une trés grosse envie de voir ça pour de vrai 🙁

  3. Arf le pire c’est que je re-regarde!

  4. Pffffffffffff faites trop les beaux, moi aussi j’ai lamer chez moi…