Kakadu

Nous arrivons dans le Territoire du Nord, le 4e état Australien que nous visitons. Pour fêter cela, nous nous offrons l’emblème de cet état, le Parc national de Kakadu, icône de nature et de vie sauvage en Australie. Classé au patrimoine mondial, c’est une merveille toujours en évolution au gré des saisons, humides ou sèches, qui en changent radicalement le paysage.
Pendant la saison humide, après les pluies des moussons, Kakadu devient un immense marais, (en 2007, 85% du parc était sous l’eau). Pendant la saison sèche, le bush rencontre les terres humides. Certains cours d’eau s’assèchent tandis que d’autres deviennent de vrais oasis.

Nous avons partagé avec vous une journée type en plein hiver à Perth. Aujourd’hui, vous allez découvrir l’opposé, en plein été à Kakadu, situé au Nord de l’Australie sous les tropiques.

5h30 : Entendez le cri d’un Cacatoès, d’une chouette, d’une chauve-souris, d’un corbeaux ou bien d’un croco attaquant la tente d’à côté, pour ce que vous en savez, une bestiole vous a réveillé et il est bien trop tôt pour commencer la journée.
Tentez de vous rendormir sans succès, tournez et virez.

7h00 :
Votre partenaire se réveille, crève de chaud, enlevez la moustiquaire et dépêchez-vous de sortir au frais.

7h05 :
Constatez que le soleil se lève, qu’il fait déjà 30° et qu’environ 3 mouches essaient de se frayer un chemin vers vos globes oculaires.
Mettez-en route la routine matinale toilette, petit dej, rangement, pliage, décollage.

8h30 :
Arrivez au premier endroit de visite. Prenez le sac en n’oubliant pas l’eau, le chapeau, la crème solaire.

9h00 :
Pause pour vous hydrater. 7 mouches virevoltent autour de votre tête et 20 sont posées dans votre dos. Montez-en haut d’un escarpement pour admirer la vue sur les plaines alentours. Redescendez au pas de course car vous voulez profiter de la matinée pour voir plein de choses.

9h30 :
Démarrez la seconde ballade, près de la rivière et dans la forêt tropicale humide. Découvrez les merveilles de Kakadu, les escarpements, les plaines, les gros cailloux venus de nulle-part, les anciennes grottes aborigènes.
Restez loin des points d’eau. Sursautez dès qu’une branche tombe dans l’eau, qu’un poisson saute ou qu’un bruit bizarre se fait entendre.

10h00 :
Décidez que vous ne ferez plus de ballade se terminant après 9h30, qu’il fait chaud comment dans un sauna, que ces mouches deviennent vraiment intenables et qu’en plus les taons s’y mettent.

10h15 :
Entamez le chemin du retour et constatez que 20 mouches veulent se poser sur votre visage et que 50 sont déjà dans votre dos. Enfilez un filet anti-mouches sur votre tête.

10h25 :
Retournez à la voiture brûlante en vous demandant comment vous allez tenir le reste de la journée par cette chaleur.

10h30 :
Rendez-vous à une animation organisée par les rangers du parc, une initiation à l’art aborigène. Rencontrez deux locaux, venus exprès de la terre d’Arnhem pour peindre avec vous. Admirez leur technique. Ecoutez leurs histoires du temps du rêve. Essayez de peindre aussi bien. Débrouillez-vous pas trop mal.

12h30 :
Réjouissez-vous de l’expérience incroyable et garez-vous dans un coin à l’ombre, préparez les sandwich. Constatez que par cette chaleur les denrées ne se gardent pas 48h même dans la glace (enfin l’eau tiède quoi).

13h00 :
Asseyez-vous dans l’herbe à l’ombre avec un passe-temps, essayez-de vous détendre, pratiquez des méthodes de relaxation efficace en visualisant les différentes manières dont vous souhaiteriez exterminer les mouches de la surface de la terre. Regardez le thermomètre qui affiche 40° (à l’ombre).

15h30 :
Sentez un brin d’air, ou persuadez-vous que vous avez senti un brin d’air. Levez-vous et allez marcher un peu. Regrettez-le aussi tôt.
Partez quand-même faire une ballade parce que quand même on est à Kakadu.

18h00 :
Profitez d’un coucher de soleil magnifique sur les marais de Yellow Water. Réalisez que vous êtes à l’un des plus beaux endroits du monde.

18h30 :
Rendez-vous au campement pour le soir. Trouvez un emplacement plat, ombragé, éloigné des points d’eau et des autres campeurs (si possible).

18h45 :
Réjouissez-vous de n’avoir plus que 2 mouches qui vous tournent autour. Préparez le repas, soupe malgré la chaleur, ou tartine de peanut butter si vous avez trop la flemme.

19h00 :
Le soleil se couche. Les moustiques se lèvent. Regrettez les mouches.

19h05 :
Le soleil est couché mais la température non. Trempez vos pieds dans un seau d’eau.

19h10 :
Installez la moustiquaires dans le van pour cette nuit. Constatez qu’il fait 40° dans le van, et à peine moins dehors.

19h15 :
Comptez 20 piqûres de moustiques supplémentaires sur vos jambes. Pulvérisez vous de l’une des trois bombes antimoustiques présentes dans le van.

19h16 :
Entendez un moustique derrière votre oreille.

19h17 :
Allumez les cônes d’encens anti-moustiques et répartissez les de manière stratégique autour de vous.

19h18 :
Faites-vous piquer quand-même.

19h19 :
Décidez que vraiment aucune marque d’anti-moustique n’éloigne vraiment les moustiques à moins que les moustiques de Kakadu ne soient des mutants.

19h20 :
Allumez un feu de camp en espérant que la fumée éloigne les moustiques.

19h25 :
Profitez d’un peu de répis devant le feu, cuisez sur place ou faitez-vous bouffer.

20h00 :
Ecoutez un ranger conférencer sur les crocodiles du Kakadu, visualisez sa projection. Extasiez-vous sur la taille d’une machoire de croco. Apprenez qu’ils ont 3 paupières (une pour nettoyer, une transparente pour voir dans l’eau, et une pour protéger l’œil en cas de bagarre), qu’ils pondent environ 60 œufs tous les ans, qu’un tiers survit jusqu’à à l’age adulte, qu’ils peuvent rester 3 heures sans respirer, qu’ils peuvent nager sous l’eau sans la moindre trace à la surface, que leurs yeux jaunes se reflètent dans une lampe la nuit, qu’ils peuvent parcourir 500km à la saison humide pour se balader, etc.

21h00 : Rentrez sous la moustiquaires dans la voiture qui s’est un peu raffraichie mais pas assez. Pulvérisez-vous de l’eau et espérez qu’une brise vienne vous rafraichir.

23h30 :
Endormez-vous malgré la chaleur qui ne semble pas diminuer.

23h45 : Faites-vous piquer à travers la moustiquaire par l’armée de moustiques qui est posée de l’autre côté de la paroi.

2h00 : Faites-vous réveiller par un dingo ou un renard qui tente de voler votre seau d’eau (???) mais qui ne partira finalement qu’avec votre gant de toilette rose (??????).

4h00 : Faites-vous réveiller par un corbeaux tentant de voler votre sac contenant l’encens.

5h30 : Entendez le cri d’un Cocatoes, d’une chouette, d’une chauve-souris ou d’un corbeaux ou bien d’un croco attaquant la tente d’à côté…

Kakadu ce fût aussi tous ces oiseaux, rapaces, oies-pies, jabirus, hérons, aigrettes, et autres que nous avons pu voir ou entendre, ainsi qu’un magnifique observatoire niché dans les marais en face de centaines de spécimens.
Ce fût de l’art rupestre sur des parois d’escarpements, et surtout, ce fût comprendre cet art et l’histoire qui y est associée.
Ce fut la rencontre avec des fourmis arboricoles, qui créent des nids dans les arbres en agglomérant des feuilles entre-elles.
Ce aussi fût une ballade éprouvante sous le soleil avec en récompense à l’arrivée une rivière ombragée totalement croco-free où nous avons pu passer les plus chaudes heures de la journée. Nico a tenté de pêcher les poissons du cours d’eau en se construisant un filet artisanal, et n’y arrivant pas a décidé de devenir leur pote jusqu’à ce qu’ils mangent dans sa main !

Nous n’auront pas fait tout Kakadu, les cascades emblématiques Jimjim falls et Twin falls étant innaccessibles sans 4×4. Notre aperçu nous aura néanmoins persuadés de revenir dans le futur, à la fin de la saison humide et avec un véhicule tout-terrain !


3 commentaires pour “Kakadu”

  1. Joyeux anniversaire,Mel, les panoramas sont toujours aussi fantastique et sont la récompense sur tous ces mauvaises bestioles qui vous confondent avec une piste d’aéroport, ou un pot de miel!!!!

  2. joyeux anniversaire à ma petite mel, avec le décalage je dois etre en retard d’une journée. Nous voyons que vous allez bien et que les paysages australiens sont vraiment unique. Continuez a nous faire suivre votre périple, ça nous fait rêver et cela nous change des magnifiques paysages de l’agglomération bordelaise.
    Bisous a vous deux. A bientot
    Stef et Marco
    PS : Nous en profitons pour faire une bise a jo et claude quand ils liront notre message.

  3. Yep, bel article, des photos qui font rever (comme d’hab) hate de vous revoir moi je reviens a peine des landes. pas de croco,RAS. bizou a vous deux!