Raisinpiqumpeur et raisinpiqumpeuse

IMG_0280Lundi, sous la pluie, 6h15 du mat sur un parking non éclairé du village McLaren Flat, une femme à la voix cassée par trop de whisky et de cigarettes nous annonce qu’il n’y a pas de ramassage aujourd’hui.

Ok. Premier jour de travail, première surprise.

Bon ben on retourne face à la mer et finissons notre nuit.

Mardi, 6h15 de retour au parking, on nous annonce qu’il y aura du boulot aujourd’hui.
Ouf, nous voilà soulagés.

On nous demande de suivre Glenn, un bushman émacié à la barbe de père Noël et aux dents en créneaux qui hurle tout le temps et ponctue toutes ses phrases par f***ck. Genre, salut f**ck, il fait beau f**ck, mais p****ain de f***ck de ******** qui n’a pas de sécateur ???? Come on guys, let’s bloody move !
On le suit jusqu’à de beaux champs de vignes.
Il fait froid, c’est le premier jour pour beaucoup, et tout le monde n’a pas de sécateurs. On attends donc, assis sur nos seaux pendant 45 Mn que quelqu’un apporte des sécateurs.
Les outils tant attendus arrivent.
En fait tout le monde avait des sécateurs.
On a attendu pour rien. Pas grave, on attaque les vignes, encore trempées des pluies des derniers jours. Après 1h de travail nous avons fini le (petit) champ. On se rassoit sur les seaux.
Et attendons… Qu’on nous annonce que le travail est fini pour aujourd’hui.

Ok bilan de la journée : Levés à 5h30 pour commencer à 7h30 après 1h d’attente et travailler qu’une heure. Ok on est positifs, optimistes, nico dit « Faut voir les choses du bon côté, c’est bien de bosser au grand air ». Re-mer, re-sieste.

Mercredi, 6h15 – parking – on suit glenn pendant 30 minutes pour enfin atteindre un grand champs.
On attend… On attend… 45 minutes pour apprendre que les tracteurs ne viennent pas, allez hop demi-tour on va ailleurs. 30 minutes de voiture on retourne presqu’au point de départ pour 2h de travail. On est renvoyés chez nous.

Re-re-Mer, re-re-sieste.

Jeudi 6H15 – Parking – Glenn – Champs – Et du travail !
6h de boulot, avec en milieu de matinée une « smoko » de 30 minutes (Pause en Australien).
Ensuite, pause midi, on s’apprête à reprendre, et en fait nan. Plus de boulot.
Re-re-re-mer, re-re-re-sieste.

Vendredi 6H15 – Parking – Glenn – Champs – Boulot – Smoko – Boulot – Soleil – Boulot – Trop de soleil – Pause midi – Boulot – Vraiment trop de soleil
Je crame trop, je rentre à la voiture, Nico m’accompagne, on a trop chaud pour travailler.

Nous sommes dans des paysages magnifiques, qui ne sont pas sans rappeler le sud de la France. Manque plus que les platanes.

En bref, le boulot est sympa, bien que très irrégulier et surtout très mal organisé.
Nico et moi nous plaçons face à face de chaque côté de la vigne, ramassons toutes les grappes du panel, remplissons des seaux, et à chaque seau vidé par le « bucket boy », gagnons un jeton. Les jetons sont comptés à la fin de la journée, et si on dépasse un certain nombre, notre paye est augmentée en conséquence.
Les bras et le dos supportent pas trop mal, car d’un champs à l’autre, on a des petites ou grosses grappes, en bas ou en hauteur, ce qui évite la répétition.
Le plus dur, c’est la chaleur, car bosser en plein cagnart plusieurs heures d’affilées, on a beau être protégés, ça épuise.
On ne sait pas si c’est la culture du vin ou quoi, mais 2/3 des vendangeurs ici sont français. C’est la langue la plus parlée dans les vignes devant l’anglais !

On croise aussi tout plein de bestioles. Certaines sympa, comme des « Bearded dragons » (dragons à barbe), un beau lézard de 40 cm, ou des moins sympas, comme toutes sortes d’araignées bien trop grosses pour se trouver si près de nous. (En photo une araignée la semaine dernière dans la rue à Adelaïde qui vraiment n’à l’air de rien en comparaison des spécimens rencontrés dans le raisin.).


2 commentaires pour “Raisinpiqumpeur et raisinpiqumpeuse”

  1. Coucou! épiques les vendanges chez vous! oui faut prendre tout ça du bon côté , en plus vous n’avez pas de délais de route pour retourner à la maison qd la journée de travail est annulée ou raccourcie et ce seront de bons souvenirs! bisous de Barjac

  2. joyeuses pâques !
    ici , l’ hiver a du mal à partir !
    je vois que c’ est toujours la forme !
    bonne route et merci pour les photos!

    bises de nous deux